lundi, avril 04, 2005

Entrée libre à la Maison de la radio

Comme convenu, un mot sur Entrée libre à la Maison de la radio. Je sors ce texte de mon ordinateur, rédigé en 2001 :

En 1965, Jean Garretto et Pierre Codou commencent déjà à s’occuper du dimanche matin sur France Inter. Jean Garretto se souvient : "Roland Dhordain, directeur de la station à l’époque, nous a demandé d’animer la Maison de la radio, qui était un peu sinistre. Il voulait faire une grande foire le dimanche matin. On a cherché longtemps…"

Ils ont une idée à la fois simple et ambitieuse, celle d’Entrée libre à la Maison de la radio. Tous les studios seront ouverts au public, et chacun aura son ambiance propre : lyrique, rock, accordéon, musique de chambre…

Jean Garretto, qui réalise, fait passer les studios à l’antenne les uns après les autres à l’aide d’un petit clavier, un peu à la manière d’un réalisateur télé avec ses caméras. De neuf heures à midi, les ambiances alternent ainsi, rythmées par les applaudissements de chaque public. De temps en temps, un reporter va prendre des nouvelles des activités du grand hall de la Maison de la radio, dédié à des jeux et à une bourse aux porte-clés : "Les gens venaient de tout Paris, ça les amusait, et ils échangeaient leurs porte-clés pour avoir ceux de l’ORTF", rappelle Jean Garretto. C’est à cet endroit qu’est née la mode des porte-clés. "Pierre Codou et moi avions même la visite de fabricants allemands qui venaient nous demander conseil ! Alors qu’on n’y connaissait strictement rien (rires) !"

Jongler ainsi en direct d’un studio à l’autre est alors totalement nouveau et fonctionne si bien que le succès grandit vite. En 1967, l’émission accueille 40 000 personnes chaque dimanche ! De quoi alerter la Préfecture, qui ordonne l’arrêt de l’émission pour raisons de sécurité. "Autant de monde compressé, c’était extrêmement dangereux. Mais l’ambiance était fabuleuse…"

1 Comments:

Anonymous Poulet said...

...ben oui, sinon, c'est gaché.
Thomas, tu es un grand malade et c'est pour ça qu'on t'aime. Chapeau bas pour ce blog, pour la newsletter de DuLourd (http://www.dulourd.fr.st) et pour être au top, bien sûr.
Sinon, Budapest, ça te dit quelque chose?

20:19  

Enregistrer un commentaire

<< Home