mardi, avril 12, 2005

Une émission et un journal

Je reviens de chez Robert Arnaut, nous avons discuté longuement de L'Oreille, et des reportages qu'il y a fait pendant 14 ans. J'en reparlerai très bientôt. Il m'a prêté quelques numéros d'un journal papier intitulé L'Oreille en coin. C'était une version écrite des émissions de L'Oreille ! Un grand format (A3), 16 pages, textes et photos. Expérience étonnante, et je ne sais pas s'il y en a eu d'autres du même type : la même équipe qui fait à la fois de l'écrit et du son, sous le même nom, avec les mêmes rubriques, les mêmes intervenants... François Jouffa et Simon Monceau m'avaient déjà parlé de cet hebdomadaire, disponible sur abonnements. Je vais rapidement photocopier les quatre numéros en ma possession, qui datent de septembre-octobre 1976. Ci-dessous, les couvertures des quatre premiers numéros, illustrées par Paolo Garretto, le père de Jean Garretto.

1 Comments:

Anonymous lili confetti said...

C'était un travail de fou, en plus des 14 heures du Week End, Codou et Garretto lançaient un journal. Je ne sais pas pourquoi ça s'est arreté. Pas assez d'adhérents? Au bout de quatre semaines c'est un peu rapide pour en décider. Tout semblait possible dans cette équipe. La force de ces patrons étaient de nous donner à la fois la liberté et leur confiance, tout en étant extremement sévères sur la qualité de ce que nous leur remettions. De vrais producteurs, pas jaloux de leurs animateurs, et connaissant le métier à fond. Quand un sujet ne leur plaisait pas, ils savaient pourquoi, et souvent en trois indications nous refaisaient faire un montage qui rendait l'émission dynamique et efficace. Le public était-il plus curieux qu'aujourd'hui? Moins gavé certainement d'informations venues de tous horizons. Les radios privées étaient encore rares, quand on a peu de choix, choisit-on plus judicieusement?
La jeunesse des équipe était étonnante. Aujourd'hui, les "jeunes" qui sont à l'antenne ont plus de trente ans, là nombreux étaient les débutant qui avaient 20 ans... C'est une force de savoir accepter le désordre vital de la jeunesse au sein d'une équipe.

12:43  

Enregistrer un commentaire

<< Home