samedi, avril 23, 2005

Les rois du titre

Plusieurs jours sans pouvoir nourrir ce carnet de bord, et sans pouvoir même travailler du tout sur L'Oreille en coin. Aujourd'hui donc : reprise joyeuse.

Depuis le début, et avant même l'existence de ce blog, je me pose la question de la méthodologie. En particulier, celle de la retranscription des entretiens.

Jusqu'à présent, je rencontre les collaborateurs principaux de l'émission, je les enregistre, je passe les entretiens par écrit. Mais, n'ayant aucun talent de dactylo, ça me prend un temps important. Est-ce la bonne manière de faire ?

Au passage, je lis aussi les Cahiers d'histoire de la radio, édités par le CHR... Et une prochaine étape de mon travail consistera à me plonger dans les grilles de programmes radio de l'époque et dans quelques archives écrites de Radio France.

Car enfin, il y a eu tellement d'émissions différentes dans L'Oreille en coin, que mes interlocuteurs ne peuvent pas se souvenir de tous les titres (souvent poétiques et/ ou drôles) des séquences.

Alors tiens, quelques titres d'émissions, à la volée, en guise d'exemple, rassemblés dans une même après-midi de l'année 1979 :
Graffiti pour un passage souterrain (Daniel Mermet),
Les compagnons du Tour du monde (Régine Luciani, Philippe Raynal),
Je suis pas amère, je suis pas aigrie, mais ça me fout en rogne (Claude Dominique),
Trimordeur sur la route de la jonquaille (Louis Rognoni),
L'Oreille en tubes (Kathia David, Thomas Sertillanges, Jean Cocart)

Et il y en a d'autres, et d'autres, et d'autres...


Extrait d'un programme du samedi 20 novembre 1971
(in La Semaine Radio-Télé, repris par Les Cahiers d'Histoire de la Radio, n°70).
J'espère que j'arriverai à trouver des documents plus... détaillés !

3 Comments:

Anonymous eric said...

Et le slow de pavlov de la genialissime Claude Dominique?

19:11  
Blogger Thomas Baumgartner said...

Mais oui Eric, bien entendu. Mais j'en garde pour le livre, et il y sera question du Slow de Pavlov. Et puis je parle de C.D. là :
http://oreille.blogspot.com/2006/01/claude-dominique.html

merci à vous !

19:51  
Anonymous Eric said...

Géniale idée en tout cas de redonner vie à cette période fabuleuse et de montrer quel talent il y avait à l'oeuvre.
Quoi? j'apprends en cherchant de ci de là qu'il n'y a pas d'archives de ces heures magiques(le 14 15 du samedi) mais c'est un crime. Contre la liberté, la culture, l'ironie et l'intelligence. Thomas il faut rendre aux auditeurs du service public toute cette intelligence (avant 2012 ce serait bien...) Bon courage et encore merci pour tout ce boulot qui à la lecture du blog parait dantesque.

PS je suis né en 63 et je fais partie des gamins qui faisaient semblant de faire leurs devoirs le samedi après midi. On va pouvoir monter un club. Pas plus da quatre puisqu'au delà comme disait Brassens...

11:30  

Enregistrer un commentaire

<< Home