mardi, juin 28, 2005

Bonnes ondes

Gloire à Kriss, n'ayons pas peur des mots. Dans son dernier Dimanche par hasard de la saison, sur France Inter, elle a parlé de ce blog avec enthousiasme, encourageant les auditeurs à le visiter et à me contacter pour partager leurs souvenirs, leurs archives, leurs idées... Et ça marche !

Une étape est franchie, et je suis d'autant plus touché que Kriss en a parlé alors que Katia David, historique de L'Oreille en coin elle aussi, était dans le studio. Plus tard dans l'après-midi de ce même dimanche, j'ai fait sa connaissance sous un cerisier. C'est peu dire que l'été commence bien.

Aujourd'hui, contact téléphonique avec Patrick Burgel, le chanteur-imitateur des dimanches matins de L'Oreille. Et je commence à répondre aux quelques uns qui m'ont proposé des enregistrements des différentes époques de l'émisson. Merci, d'ores et déjà.

6 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Bonjour Thomas

Je suis tombé sur votre weblog après avoir entendu Kriss sur Arte Radio. Tout-à-coup j’ai eu envie de faire quelques recherches sur l’Oreille en Coin, et c’est ainsi que je suis assez vite parvenu à votre site.

Certes je cherche toujours Big Fat Man (avec mes parents nous avions fait le tour des disquaires de la banlieue sud pour trouver le 45t, mais sans succès. C’était l’époque où l’on écrivait pour un oui ou pour un non à Radio France, et ils répondaient toujours!), mais l’Oreille reste dans mon souvenir quelque chose de très spécial, de très mystérieux et même de vaguement dangereux. C’est la radio telle que je la conçois encore, avec un véritable travail sur la durée et les textures – chose de plus en plus rare dans la course à l’efficacité actuelle. J’associe le programme aux week-ends de mon enfance et pour rien au monde je n’aurais écouté autre chose. Mes parents écoutaient RTL. Moi avec l’Oreille, je savais que j’étais frappé de la plus haute marque de distinction, une sorte d’aristocratie du goût (et je n’avais pas encore dix ans!).

Le samedi était, je crois, ma partie favorite. L’émission se déroulait très lentement, avec des paysage sonores d’une puissance fantastique. J’aimais bien Claude Dominique (“Quand les bornes sont franchies, y’a plus d’limites!”, c’était çà?) et même si je ne comprenais pas tout ces quelques heures étaient d’une telle étrangeté qu’elles laissaient une impression indélébile. En revanche je n’aimais pas du tout le dimanche matin: un peu trop chaotique, trop chansonnier. Ce que j’aimais c’était les silences, les voix qui s’entremêlaient, les timbres (entre Kriss, Marie-Odile et Agnès, je ne savais qui choisir!) et ça recommençait le dimanche après-midi, et même s’il avait l’air d’y avoir un monde fou dans le studio, la même magie se reproduisait et mon écoute s’est affinée au fil des années grâce à cette seule émission. Malheureusement, avec “Une chanson peut en cacher une autre”, c’était déjà la fin du week-end. Je trouvais le générique final toujours d’une grande tristesse, car mes voix disparaissaient une à une.

Donc je vous félicite pour votre projet, et serai aux premières loges pour en suivre le déroulement.

Bonne chance.

David

00:54  
Anonymous Florent Maurin said...

C'est marrant mais même pour les gens comme moi, à qui L"oreille en coin" ne dit strictement rien en tant qu'émission de radio (ah! l'inculture!), lire des témoignages d'ex-auditeurs aussi passionnés, ça file des frissons.
Alors Thomas, tu sais ce qui te reste à faire. Et fais gaffe de ne pas périr dans un éboulis de paperasse quand tu visites les archives écrites de Radio France!

18:26  
Anonymous thomas said...

D'abord merci à David pour son témoignage, le genre de chose qui m'encourage. En plus, vous arrivez ici par ARTE Radio, et ça, ça me touche aussi ! Le titre "Quand les bornes sont franchies, y a plus de limites", me rappelle plutôt une émission du samedi matin par Gérard Lefort au début des années 90, mais ça ne veut pas dire que ce n'était auparavant un titre de C. Dominique. A vérifier...

Et merci à Florent M., jeune lecteur de Paris 18e, qui prend soin de ma santé. T'inquiète (je le connais, je lui dis tu), t'inquiète, je reviens des archives de RF à l'instant, tout va bien, les étagères sont solides et les papiers bien rangés !

19:26  
Anonymous Marlène said...

Je confirme : "Passées les bornes, ya plus de limites" sous-titré "le magazine pluricul et multimed de la France Inter" était bien une émission animée par Gérard Lefort et sa joyeuse équipe le samedi matin de 11:00 à 12:00, je dirais quelque part entre 1989 et 1992. S'il y a un fan-club, ça m'intéresse ! ;-))

11:10  
Anonymous Dappe said...

A propos de Kriss et de Marie-Odile, il faudra commenter le pont qui a relié F.I.P. (créé par Codou & Garetto) et l'Oreille en coin : les animatrices sont elles aussi passées de l'un à l'autre.
Si l'Oreille en coin a eu un retentissement très large, n'oublions pas que FIP avait stupéfié l'auditoire avec la gouaille de ses "hôtesse" qui prenaient volontairement le ton mielleux de celles des aéroports pour chambrer les automobilistes empêtrés dans les embouteillages, et auxquels elles avaient à annoncer que ça allait durer un bon moment...
Le principe de FIP était tout à fait nouveau: la programmation partait de Paris, mais la diffusion était régionalisée. A intervalles réguliers étaient diffusées des plages musicales et, lorsque le son baissait, chaque studio local (Paris, Lyon, Bordeaux etc.) donnait ses propres information sur la circulation régionale. Puis le son remontait et la diffusion redevenait nationale.
Je ne pense pas que les auditeurs aient eu conscience du procédé...
Y. Dappe

23:15  
Anonymous Anonyme said...

Ah...
"Passées les bornes..." avec la "chronique du garçon en chandail" : un bon souvenir...
Mon activité scolaire ne m'a pas permis d'écouter Le tribunal des flagrants délires (ni pod cast ni streaming à l'époque)
L'oreille en coin : j'ai encore en tête la musique du générique (un régal tonitruant) J'étais jeune (né en 1963) et j'ai un peu perdu le fil dans les années 80 (l'appel des radios libres) mais me reste une formule "et pourquoi ne le dirait-on pas ?"
Jean-Yves

23:34  

Enregistrer un commentaire

<< Home