jeudi, juin 23, 2005

Rendez-vous pris

Rendez-vous pris hier avec le service de archives écrites de Radio France. Exemplaires du journal de L'Oreille en coin que je ne connais pas, grilles de programmes, articles de presse, notes et lettres des directeurs et des producteurs... Je saurai le 4 juillet ce que je peux espérer trouver dans ces archives.

Longue et riche discussion téléphonique avec la responsable de ce service, Michèle Bidault-Van Tongeren. Elle m'a déjà donné des conseils pour mes recherches et pour la publication ultérieure. Elle est elle-même une ancienne de FIP, chaîne créée par Garretto et Codou en 1971. Elle est donc familière de l'époque et des gens sur lesquels j'écris. Vivement le 4 !

(Ce qui me fait penser qu'il ne faut pas que je néglige cet épisode de la création de FIP...)

2 Comments:

Blogger Ivan said...

Bonjour,
j'ai découvert ce blog grâce à l'émission de Kriss de ce matin. Super idée ! J'ai beaucoup écouté l'oreille du dimanche après midi dans les années 70 (j'étais ado). C'est branché sociétal et intelligent. Et puis c'était que des gauchos :))))

L'oreille du dimanche après-midi contrastait énormément avec celle du dimanche matin : chansonniers et ton plus populaire (au sens noble du terme)

L'Oreille + Villers, Lenoir et José Artur, c'était l'éclate sur Inter

Amicalement
Ivan

PS : faut dire à Kriss que je suis amoureux de sa voix ;)

Je reposte ici, j'ai fait une fausse manip

18:50  
Blogger sahel said...

Salut, Thomas !
Fervente adepte des néo-dimanches matins de la Kriss, je fais moi aussi partie du gibier d'audience rabattu sur ton blog par son enthousiasme mirlitant -la gloire, mine de rien. C'était donc toi l'origine de ce projet qui a droit aux belles heures de l'autopromo de la France Inter ! Je reconnais bien là ton amour exigeant du meilleur de notre patrimoine radiophonique. Gros boulot en perspective, dont j'attends avec impatience l'aboutissement, car je suis des malheureux qui n'ont jamais entendu l'OeC (selon la légende, j'aurais cassé l'unique poste de mes parents à l'âge où l'on se prend un peu tous pour Roland Moreno, et puis, à la maison, ce fut le silence radio quasiment jusqu'à l'école de journalisme :-)
J'espère furieusement que ton bouquin pourra être accompagné d'un CD.
Bon courage dans ta vaste et passionnante entreprise !
Elsa

23:51  

Enregistrer un commentaire

<< Home